Menu

Rapport d’enquête Tink : dans la tête des banquiers français

A partir des résultats de l'étude menée par Tink à l’échelle européenne, nous avons examiné de plus près les réponses des banquiers en France.

French flags on a building.

L'enquête européenne de Tink de 2019 dans lequel nous avons interrogé près de 270 cadres du secteur financier a révélé que les opinions des banquiers à travers l’Europe étaient assez partagées quant au développement de l’open banking.

Si les résultats indiquent un changement d'attitude récent - un nombre croissant de banquiers en Europe exprimant un avis positif face aux changements et saisissant les opportunités offertes par l’open market - il est clair que tous les pays ne sont pas sur la même longueur d'onde.

Comparés à leurs homologues européens, la France se distingue comme l’un des pays les plus enclins à se saisir des nouvelles opportunités avec 59% des banquiers français qui estiment cette évolution comme positive pour le secteur.

D’après les résultats, les Français se préparent à ces changements depuis plusieurs années et sont maintenant passés à une phase d'adoption. En d’autres termes, les banquiers français sont à la recherche de nouvelles opportunités d'investissement pour accroître le rendement et les résultats potentiels de l’open banking et de la DSP2 avec pour objectif principal de fidéliser les clients et d'améliorer les services qu'ils consomment.

Pourtant, plusieurs éléments, comme l’arrivée sur le marché de nouveaux acteurs bancaires et prestataires de services de paiement, les préoccupent. Cette inquiétude à l’égard des PSP est la plus importante à l’échelle européenne (32%). Sur ce dernier point comme sur d’autres sujets, les réponses recueillies en France ne suivent pas toujours la perspective de nos homologues européens.

Pour en savoir plus sur les résultats de l’enquête ainsi que la perception des banquiers français vis à vis des principales opportunités et défis concernant l’open banking - téléchargez le rapport complet.